Pour signer le livre d´or cliquez

Jachet Berchem - Claude le Jeune - Étienne de la Boétie - Christophe de Savigny - Nicolas de La Grotte - Ippolito Baccusi - Barnabé Brisson - Louis 1er de Bourbon - Guillaume Costeley - Ercole Bottrigari - Pierino da Vinci - Etienne Jodelle - Ivan IV

 

 

Jachet Berchem

Compositeur flamand

Il est souvent confondu avec ses contemporains homonymes comme Jachet de Mantoue. Il exerça à Venise vers 1530 dans l'entourage d'Adrian Willaert, puis vécut à Ferrare de 1551 à 1561. Très célèbre en son temps, il occupa une place importante parmi les compositeurs italiens et flamands qui contribuèrent au développement du madrigal au 16ème siècle. Outre ses messes, il laisse plus de 200 compositions vocales.

 

Claude le Jeune (1530-1600)

Compositeur

Il arrange des psaumes et écrit des chansons. Il résidera à Paris de 1564 à sa mort. Il fut à partir de 1596, maître compositeur de Henri IV.

 

Étienne de la Boétie (1530-1563)

Poète *

Humaniste, ami de Montaigne, il s’est élevé contre la tyrannie dans son Discours sur la servitude volontaire.

 

Christophe de Savigny (1530-1608)

Né dans les Ardennes, il est élevé par des précepteurs qui lui enseignent le grec, l’hébreu, et toutes les sciences de l’époque.

Vers 1565, il entre comme grand-maître de la garde-robe dans la maison de Louis de Gonzague. Mais, bien qu’il ait embrassé le métier des armes, il ne se mêle jamais aux querelles civiles et religieuses et préfère se plonger dans l’étude des belles-lettres.

Dès qu’il en a la possibilité, il prend sa retraite et s’isole pour construire son “grand tableau accompli de tous les arts libéraux, contenant brièvement et clairement, par une singulière méthode de doctrine, une générale et sommaire partition des dits arts, amassés et réduits en ordre pour le soulagement et le profit de la jeunesse”. Ce tableau systématique des connaissances humaines, dédié au duc de Nevers, est un système encyclopédique original antérieur à Bacon, déployé comme une vaste arborescence où chaque discipline construit son domaine et trouve sa place par une cascade de distinctions successives. Dans cette vision prométhéenne de l’ensemble des sciences, la théologie n’est plus qu’une subdivision des arts libéraux spéciaux.

Il meurt paisiblement dans sa ville natale, à près de 80 ans, laissant une oeuvre abondante.

 

Nicolas de La Grotte (1530-1600)

Compositeur français

 

Il servit Antoine de Bourbon, roi de Navarre et père d'Henri IV, en tant que joueur d'orgue et d'épinette en 1557 à Pau. Il se maria l'année suivante. Censé suivre la Cour de Navarre, il résida pourtant à Paris. A la mort d'Antoine de Bourbon en 1562, il rejoignit la cour d'Henri de Valois, duc d'Anjou où il eut pour collègues Jean Dugué et Guillaume Costeley. Il fut ensuite au service d'Henri III comme valet de chambre et organiste ordinaire en 1574. Il participa aux festivités organisées pour le mariage du duc de Joyeuse en septembre octobre 1581 en compagnie de son ami Claude Le Jeune, et tous 2 reçurent leurs 600 couronnes de gages en 1583. A la fin de sa vie, il semble avoir eu des problèmes financiers, et essaya à plusieurs reprises d'acheter des terres dans la région de Corbeil. Il est également en relation avec l'Académie de Musique et de Poésie de Jean Antoine de Baïf et Thibaut de Courville, et choisit les textes de ses chansons chez Pierre de Ronsard, Rémy Belleau, Joachim Du Bellay, Jean Antoine de Baïf et Philippe Desportes. Il laisse des chansons publiées à Paris chez Adrian Le Roy et Robert Ballard ainsi qu'une pièce pour luth et une fantaisie pour orgue. L'influence de son oeuvre fut, comme celle de Clereau, importante dans la formation de la chanson de cour.

 

Ippolito Baccusi (1530-1608)

Compositeur italien

 

Représentant de l'école polyphonique vénitienne frère augustin, il fut maître de chapelle à Saint-Marc de Venise, Ravenne, Vérone, Spielberg et Mantoue. Sous l'influence d'Adrian Willaert, Cyprien de Rore et Andréa Gabrieli, il composa 7 livres de madrigaux, 6 de messes, et 6 de psaumes et motets dans lesquels il fut le premier à employer le doublement des voix par les instruments, procédé qui restera caractéristique de l'école vénitienne. Son premier livre de madrigaux en 1570 est dédié à Palestrina, avec lequel il correspondit. Théoricien, il laisse un traité posthume “Regulae spiritualis melodiae”.

 

Barnabé Brisson (1530-1591)

Familier du roi Henri III, avocat puis membre et président à mortier du parlement de Paris est rédacteur entre autres ouvrages juridiques du Code de Henri III. S’il adhère à la Ligue, il n’en admet pas les excès, ce qui lui vaut d’être arrêté et pendu.

 

Louis 1er de Bourbon (1530-1569)

Prince de Condé

Homme d’armes

Il est le premier à porter le titre de prince de Condé. Il se convertit à la Réforme, dès les premières années du règne de Henri II. Il fait figure de chef du parti huguenot. Après la conjuration d’Amboise* de mars 1560, il est condamné à mort en novembre. Après la mort du roi, Catherine de Médicis lui rend la liberté. En mars 1562, il reste indifférent aux appels de Catherine de Médicis et laisse les catholiques prendre le pouvoir à la cour, mais il ouvre les hostilités. A la bataille de Dreux, il est fait prisonnier et se voit contraint d’accepter l’édit d’Amboise. Pendant plusieurs années, il ne se soucie plus que d’intrigues amoureuses. C’est parce que la charge de lieutenant général du royaume lui est refusée qu’il quitte la cour en juillet 1567 et tente de s’emparer de Meaux. Ce coup de tête, qui est un échec, ouvre sur une seconde guerre civile qui ne prend fin qu’avec la paix de Longjumeau signée en mars 1568. Mais Condé continue de se battre. Le 13 mars 1569, à la tête de troupes protestantes, il affronte Henri d’Anjou. Au cours de la bataille, Condé, blessé, est fait prisonnier. L’un des capitaines des gardes du duc abat d’un coup de pistolet le prince protestant.

 

Guillaume Costeley (1531-1606)

Organiste et compositeur français

Il fut au service du roi de France. Ses travaux incluent des chansons, motets, morceaux d'organe.

 

Ercole Bottrigari (1531-1612)

Musicien

Théoricien de la musique italienne, il vécu à Bologne et à la cour de Ferrare de 1575 à 1586. Il publia 3 traités dans lesquels il chercha à illustrer les lois scientifiques de la musique “Il Patricio overo de'tetracordi armonici di Aristosseno” en 1593, “Il Desiderio overo de' concerti di varij strumenti musicali” en 1594 et “Il Melone, discorsi armonico” en 1602.

 

Pierino da Vinci (1531-1554)

Sculpteur

 

Neveu de Léonard de Vinci, il est né à Anchiano, dans la maison des Vinci, son père est le demi-frère de Léonard. Il fait ses études à Florence, dans une célèbre académie de sculpture où il y fait merveille. Son ouvrage le plus connu est la représentation d'un jeune fleuve, sculpté en 1548.

 

Etienne Jodelle (1532-1573)

Poète *

Il est membre de la Pléiade. Sa tragédie “Cléopâtre captive” marque le point de départ d’une forme dramatique nouvelle, d’où sort la tragédie classique.

 

Ivan IV (1531-1584)

Tsar de Russie

Il a 3 ans quand il devient grand prince de Moscou. A 16 ans, le 16 janvier 1547, il troque son titre contre celui de tsar.

Le nouveau souverain est un jeune homme érudit et plein de talents. Il veut sortir la Russie du désespoir où l'a laissée l'occupation mongole et la hisser au niveau de l'Occident, alors en pleine Renaissance.

Il soumet les seigneurs, les boyards*, en s'appuyant sur les représentants du peuple et de la petite noblesse qu'il réunit dans une Assemblée de la Terre, le “zemski sobor”, analogue aux états généraux de la France.

Il vainc les Tatars établis sur la Volga. A Moscou, il ajoute au Kremlin la fameuse cathédrale Saint Basile pour célébrer la prise de Kazan. Les victoires sur les lointains héritiers des Mongols donnent au tsar accès à l'immense Sibérie.

Il est cependant mis en échec par le khan de Crimée. Il doit aussi faire face à l'union des Polonais et des Lituaniens, ainsi qu'aux Suédois. C'est à ce moment là qu'il éprouve la trahison de plusieurs boyards. Devant la montée des périls, le vieux tsar s'attribue les terres les plus riches de la Russie et en élimine les boyards. Il restreint par ailleurs les libertés villageoises. C'est ainsi que la paysannerie russe entre dans le servage quand les autres en sortent! La fin du règne est placée sous le signe d'une horrible répression, ce qui vaut au tsar le surnom de “Terrible” ou “Redoutable”. Les boyards sont exterminés par milliers. Les habitants de la prestigieuse cité de Novgorod, au nord de Moscou, sont noyés pour s'être révoltés. Ivan IV, qui s'est marié 8 fois, pousse la folie meurtrière jusqu'à tuer son fils aîné à coups de bâton. Plusieurs décennies de troubles s'annoncent avec la mort du tsar à 55 ans, le 18 mars 1584.

Il aura forgé l'État russe mais échoué dans sa tentative de le hisser à marches forcées au niveau de l'Occident.

 

Voir la suite

Retour page d'accueil